Spécificités de la peinture sur bois

17 Janvier 2022
16

Aujourd’hui, la plupart des peintures sont représentées sur des toiles. Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi.

Au temps de l’Égypte ancienne, les hommes peignaient sur du bois.

Quelques artistes s’y sont également aventurés en leur temps. Une œuvre vient immédiatement à l’esprit bien sûr : La Joconde de Léonard de Vinci, la fameuse !

Cependant, il faut bien l’avouer, la peinture sur bois à quelques spécificités.

Voyons-les à travers cet article.

 

L’histoire de la peinture sur bois

 

Elle a commencé durant l’Égypte antique. Les Égyptiens utilisaient fréquemment les ornements, les tableaux pour décorer les tombeaux.
Au Moyen  ge, ce support est très apprécié des peintres du Nord.

Il est ensuite utilisé en Europe, et ce, jusqu’à la Renaissance environ. Il est ensuite remplacé par les toiles sur châssis, plus faciles à transporter et moins lourdes.

L’invention de la peinture à l’huile rend le bois de plus en plus obsolète. On la préfère à la tempura qui est bien plus fragile.

Certains peintres, comme Rubens par exemple, ont choisi de mêler l’avantage du support bois à celui de la toile en marouflant des toiles de coton sur des supports bois ! Malin !

C’est à la fin du XXe siècle qu’apparaissent les premiers supports en bois contrecollés ou reconstitués que l’on connaît aujourd'hui. En plus d’être moins onéreuse, cette technique permet une meilleure résistance aux déformations.

Sachez enfin que lorsque le bois est utilisé pour représenter des icônes, on parle alors de doska.
 

 

Les artistes et le support bois

 

Léonard de Vinci n’est pas le seul à avoir peint sur un panneau.

De nombreuses peintures religieuses sont peintes sur ce même support. Les diptyques et les triptyques étaient largement utilisés pour l'iconographie.

Les triptyques de Hans Memling sont particulièrement monumentaux. Ils sont même articulés par des charnières pour pouvoir se refermer.

Son œuvre Le Jugement dernier est une peinture à l’huile sur bois de chêne.

Le peintre Jérôme Bosch avait également l’habitude de peindre à l’huile sur des panneaux de bois. On connaît aujourd’hui ses œuvres comme Le Jugement dernier (lui aussi !), Le Jardin des délices ou La Tentation de Saint-Antoine.
 

Hans Memling - Triptyque de la Résurrection

 

La Joconde et son support bois

 

Sans nul doute le tableau le plus connu au monde, La Joconde mérite bien un petit paragraphe dans cet article. Hommage à toi grand Léonard !

Si ce chef-d'œuvre garde de nombreux mystères et secrets, une chose est certaine : il est peint sur du bois ! Du peuplier pour être plus exact.

La technique de peinture est le sfumato (déjà évoqué dans un précédent article). Ce mot italien signifie “enfumé”, en référence aux effets vaporeux que l’on voit sur la peinture. Ce sfumato est la conséquence de la superposition de nombreuses couches de peinture.

La fameuse Joconde peinte sur du bois de peuplier

 

Avantages et inconvénients de la peinture sur bois

 

Comme tous les supports de peinture, le bois a ses contraintes et ses avantages.

Ses avantages

  • il est solide et résistant. Bien plus qu’une toile en coton ;
  • il est parfaitement lisse, sans aucun grain ;
  • il permet de travailler de nombreuses textures et matières dont le poids ne craindra pas d’affaisser le support ;
  • le résultat est différent de la toile et le final offre un rendu unique.

 

Ses inconvénients 

  • le poids : les panneaux de bois sont bien plus lourds que les toiles en coton. C’est d’ailleurs principalement pour cette raison qu’il a été délaissé ;
  • le bois n’aime pas beaucoup être exposé à de fortes chaleurs ou à l’humidité ;
  • malgré sa résistance, il reste sensible aux chocs et aux chutes qui pourraient l’abîmer ;
  • le prix : il est plus important qu’une toile. De plus, les modèles XXL sont parfois difficiles à trouver en magasins.

 

 

Le support bois

 

De quoi est-il constitué ? Le plus facile à vous procurer est le Tintoretto (en hommage à Jacopo Robusti, dit Tintoretto, peintre vénitien de la Renaissance). Il est disponible dans de nombreuses boutiques et sur internet.

Il se compose de 5 couches de peuplier et de tremble collés grâce à un liant synthétique.

C’est la marque Gerstaecker qui le commercialise et sa finition est très qualitative.

La surface du support est finement polie, de couleur claire et un simple apprêt vous permettra de peindre sans problème. 

Afin d’assurer stabilité et rigidité au support, un châssis est posé au dos.

Tout l’assemblage est collé afin de ne pas recourir à des agrafes ou des clous qui pourraient percer le bois.

Cet assemblage robuste vous permet de réaliser des collages, des glacis, des techniques “alla prima” ou “humide sur humide”, mais également l'utilisation de pâtes texturées, du plâtre…

Pour ce qui est de la peinture, plusieurs solutions s’offrent à vous :
 

  • la peinture acrylique ;
  • la peinture à l’huile ;
  • le pastel ;
  • l’encaustique ;
  • le crayon ;
  • de la modeling paste ;
  • de la résine ;
  • la tempura…

 

Vous le voyez, le support bois est loin d’être un frein à votre créativité. 

 

Avant de vous parler de la préparation de votre support en bois, je vous rappelle qu'en ce moment vous pouvez rejoindre la formation "La Peinture c'est Facile!". Et profiter de plus de 400 heures de cours de peinture.

Si ça vous intéresse, vous pouvez cliquer ici pour profiter de 7 jours d'essai offerts en cliquant ici :

 

Préparation du support en bois

 

Vous pouvez acheter des supports avec châssis, déjà parfaitement lisses, ou des planches de bois (contreplaqué de bouleau généralement). Ces dernières seront moins onéreuses et elles peuvent être une bonne alternative pour débuter.

Une préparation est indispensable pour avoir un rendu de qualité et peindre parfaitement.

Si vous appliquez votre peinture directement sur la surface bois, ce dernier risque d’en boire une grande partie. De plus, la peinture va sécher très vite, voire trop vite, ce qui vous empêchera de la travailler correctement.

Si vous respectez ces quelques étapes, votre peinture durera dans le temps et vous serez satisfait de votre travail :
 

1) Le ponçage

Pour commencer (en particulier si c’est du contreplaqué en bouleau), poncez légèrement toute la surface à l’aide d’un papier à poncer. 

Utilisez un grain moyen et travaillez dans le sens du veinage du bois, c’est très important. 

Passez ensuite un chiffon doux et sec puis recommencez l’opération avec un papier à petits grains pour la finition.

Passer à nouveau un chiffon doux et sec.

Cette étape n’est pas indispensable si vous avez acheté des panneaux de très bonne qualité : ils sont généralement parfaitement lisses.

 

2) Application du scellant à bois
 

Cette étape est facultative, mais le scellant permet de saturer les pores du bois afin d’obtenir une surface parfaitement lisse (là encore, seulement si ce n’est pas déjà le cas).

Appliquez votre couche de scellant, toujours dans le sens du veinage bois. 

Vérifiez au toucher qu’il n’y a pas d’imperfections. Si vous en sentez, repassez un papier à poncer à petits grains. Attention, votre scellant doit être parfaitement sec !

Passez ensuite un chiffon doux et sec.
 


3) Application du gesso
 

Généralement, 2 voire 3 couches sont nécessaires.

Le blanc du Gesso que vous avez déposé doit être uniforme sur toute la surface. Si ce n’est pas le cas, repassez une couche.

Entre 2 couches, et si vous êtes pressé de réaliser votre chef-d'œuvre, vous pouvez sécher l’apprêt au sèche-cheveux.

Une fois que le Gesso est absolument sec, vous pouvez, si besoin, passez une dernière fois un papier à poncer à petits grains.

Un petit passage de chiffon terminera la préparation de votre support.

Si vous souhaitez conserver la couleur du bois comme fond pour votre travail, il est tout à fait possible d’utiliser du Gesso transparent.

 

 

Voilà pour ce petit tour d’horizon des spécificités de la peinture sur bois. Peut-être avez-vous déjà utilisé cette technique, peut-être même n’utilisez-vous que ce support…

Si ce n’est pas le cas, et comme je vous le conseille fréquemment, osez tester. 

La peinture et son art revêtent de nombreuses formes, de nombreux supports, de nombreuses techniques. 

Il peut être intéressant de tester celles que vous ne connaissez pas encore, d’ouvrir vos horizons.

À vos tronçonneuses !

 

René Milone

René

A propos de l'auteur

René MILONE

René MILONE

16 commentaires

@

Ces articles peuvent vous intéresser

Lire la suite

La couche de fond en peinture

La couche de fond est utilisée pour donner à la toile une couleur ou une texture avant de commencer à peindre. Elle permet d’éliminer le blanc de la toile qui peut no...

Lire la suite
Lire la suite

Cet outil méconnu, la gomme mie de pain

La gomme mie de pain est un outil magique, mais souvent méconnu. Découvrez son utilisation, ses avantages et ses inconvénients. Apprenez également à la fabriquer vou...

Lire la suite
Lire la suite

Le dessin préliminaire

Question : Pourquoi s’évertuer à faire un beau dessin avant de commencer à peindre, sachant que les premières couches l’effaceront ? Réponse : Il y a bie...

Lire la suite

Fusain compressé

Question : Qu’est-ce que du fusain compressé? Est-ce la même chose qu’un crayon de charcoal? Je voudrais l’utiliser pour écrire les informations en arrière...

Lire la suite

Peindre en plein air ou La peinture de paysage sur le motif

Où peut-on avoir, pour peindre, le meilleur éclairage et le plus d’espace ? C’est en plein air, bien sur. Peindre sur le motif est un processus de pure création. V...

Lire la suite

Le vernis à retoucher

Question : Quelle est la marque du vernis pour toile peinte à l’huile, qu’on pose après 2 semaines de séchage ? Réponse : Il faut un vernis « &a...

Lire la suite

Prix de vente d’une toile

On me pose si souvent la question, qu’il fallait bien que je donne la réponse, ou du moins ce que je pense être une bonne réponse, ci. Comment estimer le prix de vente d&r...

Lire la suite
Bonjour, c'est René ! Souhaitez-vous recevoir de mes nouvelles ?